fransl

Francis André-Cartigny

Monseigneur Paul Joseph Schmitt évêque de Metz

Nous croyons utile d’inclure Mgr Paul Schmitt parmi les évêques de l’ancienne Alsace-Lorraine. Né en 1911 à Yutz, une ville faubourg de Thionville alors sous le régime du Kaiserreich. Il est Ordonné prêtre en 1935 sous l’épiscopat de Mgr Pelt.

Après avoir été supérieur général du Collège de Bitche, l’abbé Paul Joseph Schmitt est consacré évêque coadjuteur de Monseigneur Heintz, malade, le 13 novembre 1958 et lui succède après son décès le 30 Novembre de la même année. De 1971 à 1975 Monseigneur Gilles Duchêne fut nommé évêque auxiliaire de Mgr Schmitt, souffrant.

Résistant durant le second conflit mondial, il également est connu pour ses engagements politiques et  sociaux (1).

Le prélat révéla par l’intermédiaire du journal Le Lorrain du 9 Février 1963, l’ « l’Accord de Metz ». En Septembre 1962, le cardinal Tisserant et Mgr Nicomède représentant de l’Eglise orthodoxe russe, conclurent à Metz un accord : les orthodoxes russes répondraient à l’invitation d’envoyer des observateurs au Concile Vatican II  « à la condition d’obtenir des garanties sur l’attitude apolitique du concile » (3)

Lors d’un voyage pastoral à Saint Avold en 1967, Monseigneur fit une déclaration qui ne manqua pas d’interpeler le monde catholique, peu après la clôture du Concile Vatican II :

« La mutation de la civilisation que nous vivons entraîne des changements non seulement dans notre comportement mais aussi dans la conception que nous nous faisons tant de la Création que du salut apporté par Jésus-Christ. Les remises en question les plus fondamentales engagent non seulement une nouvelle pastorale, mais plus profondément une conception plus évangélique – à la fois plus personnelle et plus communautaire – du dessein de Dieu sur le monde. » Bulletin officiel de l’évêché de Metz le 1er octobre 1967.

Lors de la période post conciliaire, il s’opposa fermement aux mouvements traditionalistes, en son temps très actifs en Moselle, notamment à Thionville, alors que la municipalité communiste proposait aimablement à l’Association Saint Pie V une salle destinée au culte traditionnel. (2)

L’ancien évêque de Metz, surprenait souvent par ses propos, n’hésitant pas à  faire un don personnel de 50 000 F (7.600 €) pour la construction de la mosquée de Farebersviller.

Le prélat décéda en 1987, Mgr Pierre Raffin, OSB, lui succède. (4)

(1) La Feuille de chou

(2) La Porte Latine

(3) Aletheia

(4) Wikipédia

 

 

 

Marquer votre visite d'un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :