L’église de Berg, reconstruite en 1737, domine la Moselle qui à cet endroit décrit un large méandre. Une toiture d’ardoise dite à bulle recouvre le clocher. Nous annoncerait-il déjà l’influence des églises de la vallée du Danube que les bateliers marchands, de la voie de navigation vers l’Europe orientale et l’Orient même, auraient pu nous apporter ? Rien d’étonnant de découvrir dans l’enceinte sacrée la statue de Saint Michel, le patron de la paroisse terrassant le dragon. En effet ce saint personnage rappelle bien souvent l’existence for ancienne d’un site religieux celtique sur une hauteur patronné par le dieu Bélénos (1). Il est probable que le nom de Berg y trouve son origine ? On remarquera également la statue de Saint Willibrord, patron de l’Abbaye luxembourgeoise d’Echternach, bien connue pour sa procession dansante archaïque du Lundi de Pentecôte : trois pas en avant, deux pas en arrière.

Jusqu’à la Révolution Française, la paroisse de ce petit village était placée sous l’autorité de l’Abbaye d’Echternach (Luxembourg) et sous la haute justice des Seigneurs de Rodemack. Berg fut luxembourgeoise.

Face à l’église on l’aperçoit l’imposante silhouette du Château construit au 18ième siècle par les abbés d’Echternach. On ne manquera pas d’aller admirer le magnifique Bildstock, peut-être le plus beau du Pays. Erigé en 1610, son tronc est richement orné de chutes de fruits et il supporte un dé décoré de têtes de lions et d’angelots. Saint Jacques, Sainte Marguerite, Sainte Catherine et Saint Nicolas apparaissent dans les arcatures sculptées en demi-relief.

Tournons-nous un vers la Moselle, et nous apercevrons, escarpée sur la rive droite de la rivière une des rares et mystérieuses forêts de buis d’Europe. Quant à la rive gauche, partagée avec la commune de Haute Kontz, difficile à apercevoir du centre village, elle fut largement recouverte de vignes et de vergers, jusque dans les années 60. De nombreux propriétaires résidant Rettel au creux de la Vallée, traversaient la Moselle en barques pour l’ouvrage.

(1) L’évolution patronymique de Berg :

Allemand : Berg la montagne ou la colline. Luxembourgeois : Bierg. Gallois : bryn –. Celtique : bren ou bran, voir briga. Vieux dialecte vallée de la Moselle :d’Bréck (qui ne signifie pas le pont, mais bien montée). Langage local : Berech ou Birech.