L’implication de la France dans la Guerre de Trente ans, dans le cadre de sa politique d’affaiblissement de l’Empereur d’Allemagne et de ses fidèles défenseurs, notamment les Ducs de Lorraine, ravagea l’Europe et particulièrement les provinces mosello-rhénanes. Le Traité de Westphalie en 1648 met un terme à ce conflit qui épuisa tout l’Empire et qui modifia sensiblement les rapports géopolitiques européens. La France annexe une large partie de l’Alsace. Une suite de traités s’ensuivra, notamment celui des Pyrénées en 1659 qui démantèlera le Comté de Luxembourg par l’annexion de Thionville et de son arrière pays, Rodemack, ainsi que Montmédy.

L’objectif de ces annexions était de permettre à la France d’établir un couloir de communication d’une lieue et demie entre Verdun et Strasbourg sans passer par des terres étrangères, la Lorraine et une part de l’Alsace du Nord.

Le Traité de Vincennes du 28 Février 1661, pour les seules paroisses dépendantes de l’Archevêché de Trèves et du Baillage d’Allemagne du Duché de Lorraine annexe à la France:

Pour l’Office de Sierck, les paroisses de Sierck-Rettel, Rustroff, Apach, Haute-Kontz, Contz les Bains, Malling, Montenach, Kaltweiler, Kerling, Fréching, Haute Sierck, Oudrenne, Lemestroff, Laumesfeld, Lacroix, Kalembourg, Monneren, Saint-François, Sainte Margerite, Klang, Hargarten.

Pour l’Office de Siersberg, les deux paroisses de Fremersdorf et de Siersdorf. Ces dernières après le Traité de Vienne de 1815 seront incorporées à la Province du Rhin de la Confédération Germanique ainsi que le Duché de Luxembourg.

D’autres annexions eurent lieu, pour les paroisses dépendantes de l’Evêché de Metz, notamment Neunkirchen, Metzeresche, Hombourg, Kédange, Kemplich, Buding, Metzerwisse, Métrich et Aboncourt, Francaltroff Saint Hubert, Bettelainville. A noter que toutes ces dernières paroisses restèrent toujours sous la tutelle respective de l’ Archevêché de Trèves et de l’Evêché de Metz, jusqu’à la réorganisation canonique de 1805 suite au Concordat.