A la veille de la Guerre de Trente Ans, le Duché de Lorraine, membre de l’Empire Germanique, se composait des Bailliages Français: Nancy,  Vôge, et Mirecourt, d’expressions française et romane et du Bailliage d’Allemagne (Deutsches Bellistum) d’expression allemande situé au nord de l’actuelle Département de la Moselle

Constitué de 24 offices et seigneuries dont Vaudrevange (Wallerfangen), sa capitale au Nord-Est, il s’étendait sur 4 300 km2 environ, soit le tiers du Duché D’une faible démographie, sa population y était réputée rude de caractère.

Agrandir

Cette carte relève les nombreuses enclaves étrangères françaises, allemandes diverses et même luxembourgeoises : Meschweiller et Yutz au Nord. Les limites datent sont de 1630 peu avant la Guerre de Trente Ans (1618-1648). Près d’un quart du territoire historique du Baillage d’Allemagne se trouve situé de nos jours dans le Land de Sarre de l’Allemagne actuelle, après avoir été cédé en 1815 à la Prusse. Les liens historiques et linguistiques avec la voisine sarroise de l’actuel Département de la Moselle sont très étroits. (Les limites politiques actuelles entre la Lorraine et l’Allemagne sont de couleur rouge)

La résistance à la centralisation des villes et de la noblesse, un droit et une justice d’influence germanique et le nombre important d’enclaves étrangères imbriquées dans ce bailliage n’ont pas favorisé le développement économique et le rendement des impôts. Le mauvais état du réseau routier ne facilitait point les communications. Enfin, l’absence de grands foyers de culture et la prédominance de l’allemand à 90 %  faisait du Bailliage d’Allemagne le parent pauvre de la Lorraine.

Il se composait :

Des huit Offices de Forbach (Forbach), Hombourg-Haut (Homburg), Marsal, Puttelange (Pütlingen) , Sarreguemines (Saargemünd), Sierck (Sierk) sur la Moselle et frontalière de Luxembourg et de l’Electorat de Trèves (Trier), Siesberg (Siesberg), et de Vaudrevange (Wallerfangen). Ces deux dernières localités font partie de nos jours du Land de Saar.

De trois Châtelleries de Dieuze (Duss), Marimont et de Schaumberg (Schaumberg). (entre l’Electorat de Trèves (Trier) et le Duché de Deux Ponts (Zweibrücken).

De deux Comtés de Bitche (Bitsch), Boulay (Bolchen), Sarrewerden et de la Vouerie de Herbizheim.

Du Condominium de Saargau et de Merzig. (Voisin de l’Electorat de Trèves (Trier) qui en détenait la moitié.)

Du Marquisat de Faulquemont,

Des Seigneuries de Morhrange (Mörchingen) et de Bérus,

Et enfin des Terres de Fénétrange, lixheim, Phalsbourg (Phalsburg), Sarralbe, Sarrebourg (Saarburg), de Sarreck.

Les Ducs de Lorraine frappaient monnaie à Sierck, Sarreguemines (Saargemünd) et Rimling.

Tel se présentait le Bailliage d’Allemagne à la vieille de la Guerre de Trente ans qui ravagea toute l’Europe et qui fût particulièrement atroce en Lorraine. Cet épisode tragique marquera longtemps les populations d’un territoire dépeuplé, défiguré et économiquement anéanti à la fin de ce conflit européen en 1648.

La France à l’apogée de son histoire aura soin de s’assurer une grande défense à l’Est de son Royaume en intégrant peu à peu l’ensemble du Duché de Lorraine en douceur, mais sans réserve jusqu’à la Révolution.

Ouvrages consultés

Hiegel Henri Le Bailliage d’Allemagne de 1600 à 1632 L’administration, la justice, les finances et l’organisation militaire Editions Marcel Pierron Sarreguemines.

Hiegel Henri et Charles  Le Bailliage d’Allemagne de 1600 à 1632 Agriculture-Industrie et Commerce  1968