fransl

Francis André-Cartigny

Bref aperçu des anciennes fêtes celtiques

Toute chose,  chaque cycle, notamment, se prépare dans le secret. Ainsi chaque jour débute paradoxalement à la tombée de la nuit. Le mois débute à la nouvelle Lune comme la vie avec la mort et l’année nouvelle avec l’Hiver. La mort n’est qu’un passage entre deux états de l’être où le temps n’existe pas. Une nuit et une journée valent une année ou une éternité. Ainsi le calendrier est pédagogique et règle ses évènements par la liturgie quotidienne. La roue symbolise le cycle: début et fin sont confondus et annoncent le suivant. Celui-ci atteindra progressivement sa plénitude pour décliner rapidement et s’achever altéré et dilué, annonçant le prochain cycle.

La fête est un point fixe dans l’espace, une rupture du temps, une fissure dans le ciel  ou l’ouverture d’un cycle nouveau. Les fêtes celtiques présidaient solennellement l’entrée dans une nouvelle saison quarante jours avant les solstices et les équinoxes: la plénitude saisonnière. Elles sont au nombre de quatre par an. Les fêtes celtiques ne sont donc pas solsticiales, ni équinoxiales.

Le nouvel an celtique se nommait Samain (prononcer  Chouaïn). L’année commençait par conséquent l’Hiver, au crépuscule de la nuit du 1er Novembre, quand l’année finissante se confondait avec la nouvelle année. Elle faisait l’objet de nombreuses manifestations : religieuses, administratives et festives. Comme toutes les fêtes, elle marque le passage d’une époque à une autre, d’un monde à l’autre, et, comme toute traversée elle comporte des dangers. Au cours de cette nuit les vivants pouvaient rejoindre ou rencontrer les êtres mystérieux de l’autre monde, les fées et les morts, tous sortis des fissures du ciel.

La Toussaint chrétienne s’est substituée à Samain. Elle était, et elle est toujours, en droit locatif de la terre le terme des baux. Il fallait payer les louages et régler tous les problèmes de propriété. Par ailleurs, dans les régions, à fort substrat celtique, persistait encore ces dernières années un grand attachement des populations au culte des morts. Dans la soirée de la Toussaint, vigile du Jour des Morts, les familles se rendaient dans les cimetières et allumaient des cierges sur la tombe des leurs défunts et dans certains lieux on pratiquait l’antique déambulation nocturne entre le narthex de l’église et le cimetière qui l’assiégeait. Ce rite rappelait qu’avant d’entrer dans l’autre monde il fallait traverser l’épreuve et que la vie nouvelle commence par le noir et s’achève par la lumière.

Le 1er Mai, la seconde fête en importance, Beltaine, celle du Druide évoquait la nature blanche de l’Eté naissant : pruneliers et aubépines qui revêtent encore notre paysage sont alors en fleurs comme à l’unisson. La tradition du muguet blanc cueilli au fond des bois en est un souvenir. C’est au cœur des forêts que l’on se retrouve soi-même comme les Druides le faisaient. C’est au plus profond de soi  que jaillit l’étincelle. Le mois de Mai ne manque pas de traditions, d’usages et de survivances de croyances anciennes.

Deux autres fêtes de moindre importance :

Imbolc, le 1er Février, fête de lustration, remplacée en Irlande par la Sainte Brigitte, l’héritière chrétienne de la Déesse Briga ou Brigentia en Bretagne Armoricaine, fêtait le passage de l’Hiver au Printemps. Celui-ci  peut provoquer fatigues, faiblesses ou maladies et bouleversements atmosphériques: vents violents.

Lugnasad, le 1er Août, fête le roi. La fête royale française est fixée au 15 Août. C’est aussi la fête du Dieu Lug. Celle-ci était l’occasion de rencontres, de kermesses et de foires.

Bibliographie

Les Fêtes Celtiques de Christinan Guonvarc’h et de Françoise Leroux – Éditions Ouest France 1995

Les Druides de Christinan Guyonvarc’h et de Françoise Leroux – Éditions Ouest France 1986

Jean Markale – Les Celtes et la Civilisation celtique – Éditions Payot – 1994

Jean Markale – Le Christianisme celtique – Imago 1996.

Un commentaire sur “Bref aperçu des anciennes fêtes celtiques

  1. Wurtzele1
    19 octobre 2017

    Bonjour, le celtisme est un sujet difficile à traiter pour les régions germanophones où il se confond avec les croyances germaniques. Je ne sais dans quelle mesure le celtisme originel pouvait être différent de ce que l’on observe en Bretagne et outre-Manche.., mais il l’était si l’on se base sur les travaux d’archéologues.

    Quant à l’interprétation de la symbolique, elle est empruntée à une compréhension assez récente via l’ésotérisme chrétien et la soupe new-âge. Un mélange de philo et de métaphysique donne toujours un résultat séduisant. L’universalisme des symboles est un mythe, mais il se déduit approximativement quand il est assimilé à une nouvelle religion intrusive qui l’adaptera pour servir ses desseins. Quelle part appartient à qui? Difficile quand même de s’y retrouver même quand on pense connaître le sujet.

    Le propre de toutes les religions est qu’à la source, tout se complique dans une nébuleuse de probabilités qui se contredisent le plus souvent et qui laissent entrevoir des symboles, des rites et des croyances plus anciennes.

    Le mois de mai a été pendant des siècles en Alsace d’une importance capitale, pour la vie des villages, l’alchimie amoureuse et la récolte du Waldmeister qui était utilisée à de nombreuses fins avant l’avènement du christianisme (magie, teinture, médecine, boissons, etc.).

    C’est bien de tenter de faire revivre ce passé qui semble si lointain, mais qui est encore omniprésent dans des versions actualisées

    Aimé par 1 personne

Marquer votre visite d'un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 20 novembre 2017 par dans Fêtes anciennes, et est taguée , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :