fransl

Francis André-Cartigny

La Saint Blaise le 3 Février – autour de la fête celtique d’Imbolc

Imbolc, 1er Février, fête celtique de lustration et de purification. Elle ouvre le Printemps et donne lieu à de nombreux rites et coutumes.

Le proverbe disait :

A la Saint Blaise le 3 Février, l’Ours se réveille. S’il voit la Lune, il se lève, si non il se recouche pour 45 jours, c’est à dire le 20 Mars. Ainsi l’ours attendra la plénitude de la saison du Printemps qui débute avec Imbolc.

Blaise prend diverses significations. Blasen, souffler en allemand et Blez Loup en celtique, origine de la ville de Blois sur la Loire.

Les passages de saison provoquent des remous météorologiques. C’est aux changements de saison que l’on déplore des problèmes de santé, des décès et les dégâts que la nature peut provoquer en se déchaînant parfois avec violence. Les celtes craignaient le déchaînement des éléments naturels, comme le vent qui ravage parfois les campagnes et les toitures. Imbolc était l’occasion de suspendre au dessus des fenêtres donnant sur l’Ouest des objets de dévotions en paille séchée et tressée.

Saint Blaise est un saint auxiliaire  intercédé  pour la guérison généralement d’une partie du corps précise afin d’en chasser le démon à l’origine d’un mal. Il s’agit, notamment, des refroidissements, des maux de gorge, de bronchites ou de pneumonies. Ceci explique son lien avec le vent (blasen en allemand). Le prêtre catholique impose à la Saint Blaise deux cierges croisés sur la gorge de chaque fidèle venu ce jour là.

Saint Blaise guérit un enfant qui avala une arête de poisson. Celle-ci avait dû rester plantée dans sa gorge. L’arête fut un symbole de reconnaissance, comme le poisson même, des premiers chrétiens. Elle symbolisait également les épines de la couronne du Christ.

La gorge n’est pas sans rapport avec le Dragon. Dans plusieurs dialectes du sud de la France y compris dans la langue Basque, gorge se dit Garganta comme le géant Gargantua, le grand avaleur d’eau. Selon Rabelais, Gargantua est né également un Trois février, le jour de la Saint Blaise. Gargantua donna aux Angevins, qui lui avaient offert du vin rosé, son arête de poisson avec laquelle il se curait les dents, rapporte la légende.

Avant d’avoir eu la tête tranchée, on précipita le saint dans une rivière afin de le noyer, mais il fit un signe de croix et marcha sur l’eau. Voilà encore un rapprochement avec Gargantua, l’avaleur de l’eau, celui qui sauve des inondations. L’époque de la fête d’Imbolc est propice aux inondations. Enfin le Dragon n’est-il pas un familier des eaux, des lacs etc. ?

Le fils de Gargantua, Pantagruel, est né le 25 juillet, jour de la Saint Christophe, également saint auxiliaire et passeur de fleuve. L’eau est ce passage d’un monde à l’autre comme un passage saisonnier. Christophe était souvent représenté accompagné d’un chien ou d’un loup comme Saint Blaise. A la Saint Christophe le soleil entre dans la constellation du chien et la Terre dans la « canicule » et celle-ci coïncidait avec la crue du Nil.

Blaise vivait en harmonie avec les animaux en ermite, réfugié dans la montagne, les bêtes fauves venaient chaque jour le visiter et se faire caresser et puis recevoir sa bénédiction et ses soins pour leur guérison.

Le loup, Lycos en grec, symbolisait la lumière. La constellation de la grande Ourse lui fut consacrée[1]. Nombre de cours d’eau, souvent modestes, sont reliées par leur nom au Loup. Certes la Loire a été liée à l’Ours, mais ces deux animaux fantastiques ont tant de points communs pour  les confondre ou les associer à la Loire… qui arrose Blois. Blaise, le saint personnage se réfugiait auprès des animaux, mais il fut découvert par les chasseurs. Voici encore là un symbole rappelant aux hommes que le saint ne chassait pas et que l’homme avant sa chute était l’ami des animaux.

Sainte Agathe fêtée le jour suivant, le 4 Février, est le jour de la lactation des animaux. Coïncidence ?

La Saint Blaise, liée à Imbolc et donc à la Chandeleur, était l’occasion de confectionner des petits gâteaux ronds comme des crêpes ou comme le Soleil. Par exemple: parmi tant d’autres traditions : celle du pèlerinage de Metz  le 3 Février  à Saint Eucaire, la plus vieille église de cette grande ville, pour y faire bénir des petits pains viennois garnis de picots, afin d’être protégé des maux de gorge. Les picots rappellent encore une fois l’arête de poisson ou les épines de la couronne du Christ.

Pour finir, revenons encore à l’oeuvre de Rabelais. Son Gargantua n’est pas sans rapport avec les traditions évoquées dans ces quelques lignes. Le géant possède un rapport évident avec le Dragon lié à la fête d’ouverture saisonnière d’Imbolc. Nous ne manquerons pas de relire la guerre terrible des fouaces[2] entre fouaciers et bergers…[3]

[1] Le Bestiaire du Christ – Charbonneau-Lassay

[2] Fouace proche de Fougasse, est un petit pain brioché propre aux Pays de Loire, en Anjou notamment, non loin de Blois…

[3] En retrouve encore Saint Blaise dans l’exemple des Bergers de Rabelais. Saint Blaise est le patron des fileurs de laine en Angleterre, pour y avoir appris à peigner la laine…

 

Marquer votre visite d'un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 21 novembre 2017 par dans Fêtes anciennes, et est taguée , , , , , , , , , , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :