fransl

Francis André-Cartigny

Le char des fêtes de passage: Noël, Carnaval etc…

 

Voici Noël et ses décorations. Le Père Noël sur son char est une image peu commune dans les régions de l’Est de la France. Pourtant  les origines de ce personnage sont germaniques:  le Winstersmann, dieu de la terre ou de la végétation, en route pour l’Eté suivant sur un char tiré par des rennes. Les douceurs offertes aux enfants, au plus fort de l’Hiver, sont les promesses d’un retour de la bonne saison. Noël signifie noe hélio soit le « nouveau soleil ».

Nos illuminations de fin d’année sont de bien faibles messages au regard de nos contes de Noël retransmis il y a peu de temps encore, de génération en génération. Ils émerveillaient les enfants avec les quelques modestes cadeaux trouvés sous l’arbre décoré ou dans leurs souliers. Nous craignons de parler des fêtes religieuses et nous affirmons que Noël n’est que la fête des enfants. C’est juste en effet ! S’ils sont gâtés, ils restent néanmoins privés du véritable message de l’évènement.  Il s’agit du mythe et des vérités sur le sens de la vie, qu’il convient  de décrypter dans les contes au cours de l’existence.

Le Père Noël avait son égal dans le mythe de la « Mère Noël », en Alsace notamment, en la déesse germanique Nerthus sur son char attelé de rennes. Elle tenait une branche de sapin à la main, symbole de Paix, celle même chantée la Nuit de Noël par les anges aux bergers sur la Montagne de la grotte du Divin Enfant. Dans les campagnes bretonnes ou irlandaises, c’est au cours de la nuit magique que les  fées déposaient dans la cheminée les cadeaux aux enfants. La fortune vient en dormant disait-on.

Chaque fête d’ouverture saisonnière est une rupture du Ciel. Le monde d’en bas entre en contact avec le monde d’en haut. Moment périlleux où tout peut arriver.

« Le char est l’expression du véhicule humain ou du corps cosmique ou encore l’incarnation dans lequel s’effectue la course qui va des ténèbres à la lumière. » (1)

Le char de Saint Nicolas, du Père Noël, de la Déesse Nerthus, mais aussi le char du Carnaval ou celui de la Mort, lors des enterrements d’antan etc. sont les signes de la find’un cycle. Ce sont des symboles de passage.

Dans l’antiquité une jeune vierge couronnée de lauriers, debout sur son char, tenant les rênes de ses chevaux, symbolisait le cycle humain ou cosmique au cours duquel il fallait atteindre la lumière au risque de perdre sa vie.

Le personnage représente notre soi solaire. les roues et l’essieu sont  le ciel et la terre traversés par l’axe du monde. Les rênes représentent notre mental : notre capacité à maitriser nos sens que représentent les chevaux obéissant sous la simple impulsion de nos mains. Le conducteur arrivera à bon port selon sa conduite.

Le char est donc un véhicule personnel, comme notre voiture, notre moto ou notre vélo. Nous tenons dans nos mains le sort de notre Vie.

(1) Ananda K. Coosmaraswamy – La Porte du Ciel – Dervy – Paris  2008

Marquer votre visite d'un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :